Dôme des Écrins : Tour de l’Ailefroide et traversée du Dôme, récit en vers.

Le tour de l’Ailefroide en passant par le Dôme des Écrins (4015m) est un raid à ski fabuleux, sauvage, qui permet de combiner de beaux itinéraires au cœur du Massif des Écrins. Ce fut notre première sortie en montagne avec Christine, et un merveilleux souvenir ! Le récit vous est narré par Ségolène et Nanar, nos mascottes : on décline toute responsabilité 😉

17042017-IMG_0215
Les mascottes trinquent avant d’écrire le récit, on comprend mieux !


« Oh Nanar,
la marche à pieds y’en a marre ! »
Dit Ségolène,
épaules meurtries et âme en peine.
« Le refuge du Sélé,
on l’atteindra jamais :
les sacs sont blindés,
et portés par des boulets….
J’ai la tête qui sort à moitié d’une poche,
je me sens moche ! »

« Et moi alors, je suis enfermé,
au milieu des restes de magret !
Chaque fois on nous promet des jolis cols,
des litres de picole,
des filles raides et des pentes faciles,
et chaque fois, ça part en vrille ! »

[ndlr : on laisse les mascottes faire les mauvaises têtes, nous on se régale dans ce beau refuge !]

« Bon quand même ils sont sympas,
on râle mais ils bronchent pas,
ils ont atteint un beau perchoir,
moi j’ai dormi comme un… canard ! »

« C’est juste, puis c’est sympa le col du sélé,
en plus les rappels sont vites trouvés,
la descente à ski secoue les chaussettes,
mais le glacier de la Pilatte à l’air bien chouette…
Un bel itinéraire dans les crevasse,
ça a un coté classe,
surtout sur cette vieille poudreuse,
y’a de quoi me rendre heureuse ! »

[ndlr : « yahou trop bon » tout ça…]

« Ok c’est cool on s’est régalé,
mais putain regarde où on en est !
Voilà que l’autre grand bouffon,
nous rejoue le plan à la con…
Il lui a fallu cinq minutes de flemme,
et nous voilà encore en peine :
c’est clair qu’au printemps, un chemin d’été,
en voilà une brillante idée !!!
Sûr que l’itinéraire est bien câblé,
mais pas sa tête au grand dadais,
qui vient de découvrir,
qu’en Avril, y’a de la neige sur les vires… »

« Sois pas si sévère il a eu sa punition,
qui essore ses vêtements comme des torchons !
Vu la vitesse où il s’endort,
on croirait presque qu’il a fait des efforts… »

[ndlr : on laisse les mascottes à leurs ragots et on passe une nuit plutôt bonne mais très penchée, en rêvant du refuge qui s’écroule…]

« J’hallucine comme ils se sont débiné,
trois nuages, fini le Gioberney !!
Tout ça pour pouvoir dormir :
dans le genre feignants, jamais vu pire…
En plus ils invoquent l’absence de transfo,
non mais sérieux, les charlots… »

« Heureusement qu’à Temple-Ecrins,
on y rencontre un tas de gens biens,
jamais j’ai eu aussi peur,
de rester seule avec ces glandeurs !
Demain y’en a qui vont au Dôme aussi,
du cordée-stop, ça te dit ? »

« Écoutes j’aurai bien aimé,
mais quand tu vois la soupe de l’autre cordée,
s’ils grimpent comme ils cuisinent,
on va faire la une des magazines !  »

[ndlr : On laisse les mascottes médire, c’est leur spécialité, pendant qu’on se couche tôt pour une nuit confortable mais trop courte dans un refuge étonnamment fréquenté !]

« Sérieux, se lever tôt pour monter de nuit,
faut vraiment pas aimer la vie !
On sait même pas comment il trouve son chemin,
il a au moins du flair, le bourrin…
Par contre c’est elle qui porte la corde,
alors s’il avance pas, je vais le mordre !! »

[…]

« Pour une fois faut reconnaitre
qu’il y a un certain bien être :
Ils ont bien réglé le réveil,
alors ça claque, le levé de soleil ! »

« Ok je suis parfois un peu sévère,
ça doit être l’ambiance austère.
La brèche Lory est imposante,
tu trouve pas la montée angoissante ? »

[ndlr : On laisse les mascottes étonnamment silencieuses, et les yeux grands ouverts : c’est dire si le parcours de la brèche Lory était agréable avec de parfaites conditions et toujours une ambiance superbe…]

« La vache j’y crois pas,
voilà une belle première pour moi,
et là au Dôme des Écrins,
malgré l’altitude je me sens trop bien… »

 » Je l’avoue, parole de canard,
tu déchire le slibard !
J’crois bien que tu m’fais tourner la tête,
ou alors, j’ai bu trop de clairette ?? »

[ndlr : On laisse les mascottes sur ces belles paroles, la Clairette de Die à 4000m à jeun les a rendu un peu trop pompette pour que la suite soit diffusée…]

Itinéraire suivi :
J1 : Montée au Sélé
J2 : Col du sélé, descente Ouest, Col W des Bans en A/R, Refuge de la Pilatte
J3 : Montée à Temple Ecrins (but nuage au gioberney par le Says)
J4 : Dôme de neige par la brèche Lory, Pré de Mme Carle
PD+/4.1/D+ 4500m, le 14-17/04/17

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.