Aiguille du Gouter, couloir Trappier

Le couloir Trappier à l’Aiguille du Gouter fait partie des grands classiques de la pente raide à Chamonix et c’est bien mérité, car il coche toutes les cases : un très bel itinéraire de montée avec vue sur les Aiguilles de Chamonix et la Verte ; un grand couloir très skiant et soutenu (mais pas très raide) ; un départ en télécabine pour rajouter un peu de longueur à la descente ; et une arrivée skis aux pieds dans le village des Houches ! Depuis longtemps dans les cartons, j’ai eu la chance de le parcourir en bonnes conditions à peine arrivé dans la vallée 🙂

Dans le couloir Trappier

Au vu des conditions actuelles dans les pentes ombragées, neige stable et agréable à skier, c’est le bon moment pour se faire plaisir dans ces grands couloirs qui vendent du rêve mais où il ne faut pas se prendre une plaque ! J’arrive à motiver JB et vers 9h on prend la télécabine de Bellevue pour un sympathique raccourci… C’est ensuite la ligne de train du nid d’Aigle qui nous conduit au col du Lachat, même s’il a fallu donner de notre personne car le déneigement n’est pas assuré à cette période :-p Neige zippante et quelques belles plaques de fond rendent cette portion peu agréable, mais ça passe très bien.

Le petit train du Nid d’Aigle

La suite de l’itinéraire est très classe, on dit au revoir à Bionnassay pour emprunter une grande combe raide au dessus du ravin des Arandellys, puis on franchit une succession d’épaules par le chemin d’été avec vue sur les Aiguilles de Chamonix. L’ambiance est parfois aérienne, la plupart des personnes sont passées à pieds mais c’est aussi agréable à skis, selon les goûts de chacun ! Un dernier ressaut plus raide se franchit obligatoirement à pieds dans un couloir très esthétique (c’est dommage qu’il ne débouche pas car il invite au ski !!), pour atteindre un beau replat ensoleillé au niveau du bivouac des Rognes.

On rejoint alors le (tout petit) glacier de la Griaz qu’on traverse au dessus d’une zone de crevasses, pour atteindre le point 3029m qui marque l’entrée du couloir. Pas de sommet ici, car l’Aiguille du Gouter qui surplombe est très sèche en rocher pourri ! Après les itinéraires de la Brèche Puiseux et du Mont Tondu ce week-end, c’est encore un petit bijoux que cette montée.

La descente a évidemment déjà été parcourue (15-20 personnes d’après les traces), mais ce n’est pas gênant car de toute façon avec la chaleur actuelle et le vent, la neige est très compactée ! Comme le couloir est large, on joue avec les orientations et on cherche la meilleure neige (souvent en rive droite) : on arrive à se faire plaisir même si ce n’est pas du ski en grandes courbes 🙂 De toute façon, l’ambiance de ce grand couloir est merveilleuse et nous console largement ! C’est vraiment le pied de skier ces grands itinéraires, jamais raides mais soutenues et donc très propices à la glisse. En plus s’y ajoute une vue de rêve…
En bas du couloir, une longue traversée « joueuse » dans la forêt puis de petites combes nous ramènent facilement aux Houches, de quoi pourrait-on se plaindre ?!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.