Voyage à vélo en famille : De Perpignan à Avignon par l’Eurovélo 8

L’an dernier nous cherchions un itinéraire à vélo près de la mer; agréable à parcourir en famille (avec Elina, 21mois); et avec un profil suffisamment plat pour que Christine, enceinte de 3 mois, ne soit pas trop en difficulté ! Grâce au gros travail de préparation de Christine, nous avons trouvé notre bonheur sur cette portion de l’Eurovélo 8, de Perpignan à Avignon !
L’itinéraire est merveilleux, la plupart du temps sur « sites propres » (c’est à dire séparé de la route) avec notamment une étape très sauvage de Leucate à Narbonne, sur des pistes entre mer, canaux et étangs. Les paysages sont variés, l’ambiance très agréable entre la mer, les péniches, et de jolies sections urbaines. Physiquement, c’est très accessible puisqu’il est possible de fractionner en petites étapes, et qu’on ne rencontre que peu de montées, jamais raides. On peut se débrouiller pour dormir toujours en dur, mais il faut se méfier en automne car de nombreux hébergements ferment dès la mi-septembre…
Enfin, dernier avantage de ce périple et pas des moindres, il est très facilement réalisable avec un départ de chez soit en train + vélo. Pas de logistique voiture à gérer, et les vacances commencent vraiment dès la maison 😀
Si par contre vous avez la phobie des moustiques et du sable, ou qu’il vous faut des belles montées pour vous défouler, vous pouvez regarder du coté de l’Albanie 😉

De beaux passages loin des voitures !!

Nos vacances démarrent donc sur le pas de la porte, lorsque nous enfourchons nos vélos pour aller chercher Elina chez sa nounou ! Nous sommes bien chargés avec la charrette pour Elina, et dans les sacoches les affaires de camping, les vêtements et maillots de bain, la nourriture pour quelques jours, des jouets… Ce n’est pas un gros soucis vu le profil de notre parcours, sauf pour les accès aux trains qui deviennent sportifs 😉
On roule 10 minutes jusqu’à la gare du Fayet (Saint-Gervais les bains), avant de prendre le train pour Annecy où nous passons la nuit. On poursuit le train le lendemain jusqu’à Perpignan, avec des changements à Valence et Avignon : une belle logistique mais cela nous permet d’être tranquilles une fois dans le train, plutôt que de galérer en voiture avec de multiples arrêts jeu ou vomi !

Étape 1 : Perpignan -Leucate

La première étape nous fait traverser Perpignan par des petites rues et voies cyclables, c’est bien tracé et très agréable à parcourir. La transition entre le centre-ville et la périphérie rurale est rapide et efficace, pas de zone commerciale ou industrielle glauque à traverser (une quasi constante sur cette portion Perpignan/Avignon), c’est un bonheur de se retrouver si facilement au milieu des exploitations maraichères.
La suite du trajet jusqu’au Canet en Roussillon est vallonnée, souvent proche des grands axes routiers mais généralement sur site propre, ou alors sur de petites routes sans circulation.
L’étape se poursuit en bordure de littoral avec des passages de toute beauté, notamment à l’embouchure de l’Agly avant d’arriver au Barcarès, et au niveau de Port-Leucate.
On profite d’avoir du temps devant nous, et nous passons deux journées à Leucate Plage, au camping « Cap Blanc ». Bien que la météo soit clémente, et le vent semble idéal pour la planche à voile, nous avons la grande plage pour nous seuls, du sable et des coquillages à perte de vue…

Étape 2 : Leucate – Narbonne

Cette étape, qui est surement la plus belle du voyage, démarre dans les terres avec un cheminement vallonné et passe par un superbe plateau sauvage, où l’on s’est cru retourner en Albanie pendant quelques kilomètres. Ce n’est que l’échauffement, car la suite est absolument magique ! Entre l’étang des Coussoules et Port-La-Nouvelle, on suit une piste en terre et cailloux très sauvage : attention c’est du terrain accidenté qui demande un vrai vélo « VTC » ! En charrette cette portion est peu adaptée aux très jeunes enfants, ça secoue un peu trop. Coincés entre la ligne de chemin de fer et un étang – lui même séparée par une étroite bande de terre de la Méditerranée – nous nous régalons à parcourir cette section sauvage et très peu fréquentée. Elina a adoré regarder passer les trains de marchandises, qui répondaient à ses coucou de la main par leurs klaxons !  On trouve à Port-La-Nouvelle de bons restos pour refaire le plein d’énergie (je recommande chaudement « l’Escale », très accueillant, terrasse tout confort pour vélos et enfants, et très bon repas abordable ! ), avant de ré-attaquer une nouvelle section encore plus belle.

Cette fois, le chemin de terre (plus roulant malgré quelques racines sur la fin) se faufile le long du canal de la Robine. A droite, l’étang d’Ayrolle avec le village de Gruissan, et les filets de pêche traditionnels qui donnent une ambiance magnifique. De l’autre coté du canal, on trouve encore d’autres étangs. On se sent perdu au milieu de l’eau, sur une étroite bande cyclable, sans aucune voiture à l’horizon : une merveille pour le cycliste !
Nos bons plans de l’étape : Le resto « l’escale » à Port-la-Nouvelle, et le camping « Floralys », très sympa et bien situé au bord de l’itinéraire.
Attention : le tracé officiel semble avoir été modifié et évite une très belle section ! Après Leucate et la traversée du « plateau », il faut passer par le « pont de la Coussolle », et par des pistes (chemin des Coussoulles) longer la voie ferrée jusqu’à Port-la-nouvelle (chemin des vignes, C2).

Étape 3 : Narbonne – Colombiers

Une longue étape, dont le tracé est sujet à évolution, car le cheminement le long du canal du midi est en cours de réfection, et des travaux visent à le restaurer ou lutter contre certaines maladies des peupliers… Selon le vélo utilisé et le degré de confort recherché, il ne faudra donc pas hésiter à s’éloigner parfois du canal. C’est ce que nous avons fait à la sortie d’Argelier, pour éviter des parties étroites inutilisables en charrette.
L’ambiance y est moins maritime, mais on ne s’ennuie pas et les nombreuses péniches plaisent beaucoup aux enfants !
Nos bons plans de l’étape : le restaurant de l’ESAT de Cuxac d’Aude (restaurant « Douce France »), et le camping « Les peupliers » à Colombiers (rien d’exceptionnel mais très bien placé).

Etape 4 : Colombiers – Marseillan Plage (étang de Thau Ouest)

Le lieu marquant de cette étape, c’est assurément la traversée de Béziers et notamment le passage des « neufs écluses » où l’on peut assister à la lente montée (ou descente) des péniches le long d’une raide colline ! La suite est plus classique le long du canal, très roulante, et donc assez reposante. La récompense de cette étape, pour ceux qui dorment sous tente, c’est la possibilité d’aller au camping Beauregard, un petit havre de biodiversité (on dormait avec les hérissons, j’adore !!) qui a eu une initiative merveilleuse : un emplacement partagé spéciale cyclos ! Vous y trouverez peut-être des collègues, mais surtout un petit cabanon avec table et cuisine équipée. On y est resté 3 nuits, pour profiter de la plage, de l’étang, et manger crêpes et poissons dans la cuisine, un luxe rare en camping…
Le bon plan de l’étape, c’est le camping Beauregard 😉

Etape 5 : Marseillan plage – Frontignan plage

Courte étape, pour profiter encore un peu de la mer et de l’étape suivante, de nouveau extraordinaire ! L’ambiance est parfois particulière en zone péri-urbaine, mais ça fait partie de la variété et du charme de ces voyages à vélo 😀

Etape 6 : Frontignan plage – Le Grau du Roi

C’est la seconde étape « spectacle » de ce voyage, avec un long passage sur un chemin cerné par les étangs, au milieu des flamands roses !
Attention : Pour cela il ne faut pas suivre l’itinéraire officiel, mais avant Aresquier, prendre le chemin qui longe le canal du Rhône à Sète.
L’autre bon plan à ne pas manquer, c’est le passage par l’île de Maguelone, magnifique. On y trouve également un restaurant géré par une ESAT où nous avons mangé un repas délicieux dans une superbe ambiance. Ces deux bons moments permettent de bien respirer et de « charger les batteries » avant de traverser les « usines à tourisme » que sont Palavas-les-flots et La grande motte 😀
Les bons plans de l’étape : Le restaurant à Maguelone, et le passage le long du canal !

Étape 7 : Le grau du roi – Gallician

On entre ici dans la Camargue, et l’on dit au-revoir à la mer ! Place aux taureaux et chevaux, aux marais et aux ragondins, et une ambiance plus champêtre. Nous avons adoré la traversée d’Aigues-Morte, d’autant plus que nous étions en pleine fête votive (courses de taureaux notamment) ! Les passages le long des canaux deviennent par contre plus monotones, sur de grosses pistes en lignes droites, mais très confortables.

Étape 8 : Gallician – Fourques

On poursuit les étapes plus champêtres, avec cependant un très bel interlude à conseiller dans le marais du parc de la Scamandre, proche de Gallician. C’est sur le chemin, nous y avons bien profité des oiseaux à cette période de faible affluence, et avons eu la chance d’observer un ragondin : Elina a été ravie !!
Nous avons décidé de nous arrêter à proximité de Fourques, ayant trouvé un hébergement alléchant dans une ferme (avec quelques moutons, des poules et des tracteurs, le rêve pour un enfant ! Le toboggan n’était même pas si attractif du coup…), chez Émilie. De loin un de nos coups de cœur « airbnb » des dernières années 🙂
Les bons plans de l’étape : Le parc de la Scamandre, et le logement à 20m de l’itinéraire chez Emilie.

Étape 9 : Fourques – Avignon

Dernière étape du voyage, on alterne des zones un peu monotones et des passages très sympas. Les deux moments de l’étape sont le passage à Beaucaire, dont la visite de la place forte vaut le détour, et l’arrivée à Avignon ! Si vous rentrez comme nous en train depuis Avignon, il est confortable de s’arrêter à Aramon, où l’on trouve facilement à se loger et d’où l’on gagne assez vite Avignon le lendemain.

 

Coté pratique

Pour préparer ses étapes
Toutes les informations sur cette partie de l’Eurovélo 8 sont disponibles sur le site de la méditerranée à vélo
Il est conseillé de bien préparer un fichier GPS, car le balisage de certains étapes était plus que limite à notre passage !
Sur l’itinéraire et le découpage
Nous avons choisi de faire la partie Perpignan -> Avignon qui nous semblait d’une part la plus sauvage, avec le plus d’itinéraires cyclables séparés de la circulation, et avec un accès facile en TER depuis la Haute Savoie.
Bien prendre note des variantes des étapes 2 et 6, sous peine de rater des portions spectaculaires.
Nous avions prévu 15 jours pleins pour 352km (16 nuits) => 9 étapes de 40 km et 6 jours de repos. C’était tout à fait adapté à un rythme vacances avec un enfant de 18 mois, nous avons pu bien profiter de la plage, des restaurants, et agrémenter avec de petits détours !
Période et hébergements
Nous sommes partis du 30 septembre au 17 octobre : encore quelques campings ouverts, personne sur les routes, belle météo, c’était idéal! Nous réservions les hébergements du jour pour le lendemain (camping en tente ou bungalow, airbnb en dur), par contre un certain nombre étant déjà fermés il faut parfois adapter les étapes en fonction. A bien prendre en compte durant la préparation.
Accès depuis la Haute Savoie 
Trajet aller en 2 jours (4 changements, nuit à Annecy après un départ tardif):
 St Gervais les Bains -> La Roche sur Foron -> Annecy -> Valence ville -> Avignon centre -> Perpignan
Trajet retour en un jour (2 ou 3 changements)
Avignon – Valence ville  – Annecy – La Roche sur Foron – Le Fayet
Pour trouver les meilleurs trajets en train compatibles vélos : faire une recherche sur le site suisse de la sbb, en recherche avancée, en décochant TGV et bus. Le chargement des vélos + charrette Thule dans les trains s’est bien passé comme on prenait les trains à leur départ (donc pas de problème de place, et du temps pour charger). Attention officiellement les charrettes sont interdites même pliées…
Matériel spécifique
Un bon anti-moustique et des vêtements à manches longues !
Kit de réparation pour les crevaisons obligatoire, plusieurs portions sont sur piste et un peu perdues donc il faut être autonome.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.