Topo – Aiguille du Peigne (gendarme rouge) : Maillon Manquant, ED-/II/400m

L’aiguille du Peigne est un des sommets majeurs des aiguilles de Chamonix, particulièrement riche en classiques du fait de son accès facile et d’un granit excellent. Le Maillon manquant est un itinéraire soutenu et exigeant, 13 longueurs de belle escalade principalement en fissures (et donc peu de points en place hors des relais), avec quelques pas de dalle corsés. Une voie qui ne donne pas le temps de s’ennuyer !

maillon manquant topo.png

Point de départ :
Plan de l’Aiguille (2317m).

Niveau Technique :
ED-/II, 6b+ max et 6a obligatoire, escalade soutenue et cotations sévères.

Historique :
Piola, Armand, Starobinski, Strappazon en 1986.

Horaires :
1h d’approche, 6-8h dans la voie et 1h30-2h pour le retour au Plan.

Matériel :
Jeu de friends #0.2-#3, doubler #0.3-#2, 6 dégaines, corde 2*50m.

Approche :
Du Plan de l’Aiguille, suivre le sentier de la voie normale du Peigne en direction du glacier des Pélerins, on le quitte sous le gendarme rouge et on remonte le névé du Peigne pour accéder à la voie. Franchir la rimaye qui peut être délicate et rejoindre R0 (relais chainé sur une plateforme).

Itinéraire :
L1, V : Système de dièdres au dessus de R0, relais chainé sur la G.
L2, V : Continuer jusqu’à la vire, relais légèrement à D.
L1-L2′, V : Par des dièdres quelques mètres à G. dans la Contamine.

L3, 5c : Faire un court crochet à D., par un pas de traversée (1 scellement) rejoindre un système de fissures bouchées (ne pas suivre les scellements de D.), relais à D. sur une petite vire.
L4, V- :  Monter à D. une belle écaille, on croise la Contamine qui emprunte une rampe vers la G., relais.
L5, 5c/6a : Partir à D., revenir dans la dalle à G. (scellement), franchir une fissure avec rétablissement dans un dièdre, surmonter un mur puis relais à G.
L6, 6a+ : Démarrer dans une belle fissure à droite (6a), traverser sous un petit toit puis franchir la dalle (scellements, 6a+), relais sur une vire.
L7, 6b : Prendre la belle fissure à D. du relais, en sortir à droite. Un scellement permet de traverser à D. vers un piton caché. Franchir un petit surplomb puis gravir un dièdre délicat (scellement), continuer jusqu’au relais dans le grand dièdre.
L8, 6a : Dulfër impressionnante puis cheminée courte.
L9, 6a : Système de dièdres et fissures à gauche de la vire, grande longueur.
L10, 6a : On continue tout droit dans ce système de dièdres/fissures.
L11, 6b+/A0 : Monter à D. du relais dans un dièdre, on en sort à D. dès que possible (scellement). Une fissure délicate (6b+) mène à deux scellements rapprochés (A0), contourner le surplomb à D. pour trouver le relais.
Ne pas passer entre les surplombs après le A0 (cordelette sur piton très visible), longueur de 60m en 7a…
L12, 6a+? : Non parcourue, relais commun avec la “variante” précédente.
C2C : Départ délicat en ascendance vers la droite, puis prendre au plus simple droit dessus.
L13, 5c/6a : Un pas en ascendance à droite, puis dièdre avec une fissure large. Quand elle s’élargit trop (piton), partir à droite pour monter sur une écaille (passage Off-width délicat), scellement, puis franchir le ressaut par la droite. Relais final à construire sous l’arête.

Descente :
Il est conseillé de descendre par les rappels de “Postcriptome”, efficaces et en bon état.
Voir schéma ici.

Combiner avec d’autres courses :
Sur un WE il est interessant de réaliser une première journée dans l’Eau rance d’Arabie ou Nabot Léon à Blaitière, puis de faire cette voie après bivouac ou nuit au refuge.

Autre Source
Camptocamp
Mont-Blanc granit, Tome 2

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.