Une petite (En)trèves à la Vallée Blanche

Difficile de se lasser de paysages aussi grandioses que ceux qui s’offrent aux skieurs dans la Vallée Blanche, c’est pourquoi après la brèche Puiseux on remet ça pour faire découvrir le coin à des amis ! Cette fois nous remonterons tranquillement le glacier du Géant en direction du col d’Entrèves, on peut alors profiter sans la foule d’une vue imprenable sur les beaux piliers du Tacul et tous les grands sommets alentours…

23032019-IMG_5078.jpg
Montée sous la Combe Maudite

Pour ce baptême tout est bien organisé : grand soleil, quasiment pas d’attente pour la benne, et une neige excellente… On attaque donc sereinement la descente de l’arête depuis le sommet du téléphérique, premier « crux » de la journée pour Yak et Pauline qui n’ont pas un amour démesuré pour le vide ! Encordés et en crampons ce sera une formalité, alors que devant nous des italiens moins bien chaussés s’agrippent désespérément aux cordes fixes en zippant des pieds sur la glace…

On chausse les skis sur le second replat pour s’éviter un mur qui est toujours en glace malgré les chutes de neige récentes (il en faut encore beaucoup, la montagne est sèche !!), et on assiste à des descentes à ski plus ou moins maitrisées… La Vallée Blanche a parfois des airs de cours des miracles !
La première partie de l’itinéraire est très facile en passant par le col du Midi puis le col du Gros Rognon, et l’on est vite à l’œuvre pour remettre les peaux sous la Pointe Adolphe Rey.

23032019-IMG_5043.jpg
Genoux à terre devant le Tacul

C’est là que la magie de l’itinéraire commence vraiment à opérer : nous quittons le flot principal des skieurs et cheminons dans une belle zone de crevasses sous le Grand Capucin. La Tour Ronde et le Mont Maudit nous surplombent alors qu’on passe sous une grosse crevasse, l’ambiance est impressionnante et on prend la mesure des lieux.

Malgré le manque d’acclimatation du groupe, on monte régulièrement et on atteint sans soucis le col d’Entrèves : cette rando est parfaite pour une initiation ou une journée détente ! En plus de permettre au skieur de mieux s’imprégner de l’ambiance de la Vallée Blanche, il est récompensé au col par une vue magnifique. Grand Combin, Cervin, Grande Casse, jusqu’à la Barre des Écrins ce ne sont pas les sommets qui manquent. Plus proches, c’est la mythique « intégrale de Peuterey » qui attire l’œil. Le versant Sud du Mont-Blanc est gigantesque…

La descente coté italien est tentante mais trop raide pour notre groupe, et puis le timing serait alors plus serré ! On se régale donc d’une neige agréable pour descendre le Glacier du Géant et rejoindre la Salle à Manger. J’en profite pour dénicher un petit passage original entre deux crevasses, c’est bon d’avoir le temps…

23032019-IMG_5121.jpg
Yak envoie tout entre les crevasses

La jonction avec la classique est sensible, on trouve tout de suite une neige plus parcourue et des bosses mais la neige reste agréable à skier. Même Cricri avec ses télémarks arrive à plier le genoux dans les bosses ! On trouve aussi tout de suite plus de monde, de nombreux groupes piquent-niquent : certains à l’abri sur la moraine, pour d’autres c’est le loto tassés sur le glacier…

23032019-IMG_5124.jpg
Pique-nique au soleil qui pourrait finir à l’ombre !!

Une fois sur la Mer de Glace, on s’éloigne rive droite pour profiter du calme et chercher l’entrée de la bédière. La bédière est le torrent qui se forme en surface du glacier et qui creuse un lit profond avant d’aller rejoindre l’intérieur du glacier via un ou plusieurs moulins. En été, ses flancs servent souvent de lieu d’entrainement à l’utilisation des crampons. En hiver, asséchée et le fond couvert de neige, la bédière offre un itinéraire de toute beauté au sein du glacier ! Attention quand même à ne pas tomber dans un moulin et aux nombreuses étroitures qui peuvent être délicates à skier !

Après avoir bien profité de toutes ces merveilles dans un calme relatif, on rejoint le flot des skieurs qui se dirigent vers les Mottets. Un petit passage en glace crée un point de congestion, la testostérone de certains y trouve son échappatoire (bienvenue à Chamonix…), mais avec de la patience tout va bien ! La suite est sans encombres, et on finit la journée par une dégustation de Génépi tout juste arrivé à maturité : il y a du bon potentiel 😀

23032019-IMG_5164.jpg
La descente touche à sa fin !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.