Escalades à Blaitière : Bobokassa, Tsarmania, Shah Perché

La face Ouest de Blaitière fait partie des bijoux de l’escalade sur granite à Chamonix, avec son excellent rocher et sa forte concentration de beaux itinéraires. Fissures, dalles et dièdres y garantissent des journées riches en sensations avec une escalade exigeante. A l’abri de la chaleur, on ne manque pas de raisons d’y revenir : après deux belles journées l’été dernier sur des archi-classiques, on visite cette dois des itinéraires moins parcourus !

14082019-IMG_7150.jpg
JB dans Shah Perché, L4

La première visite a lieu avec Tom, un copain du CRET et futur collègue guide : objectif fissures larges dans la classique “Majorette Tatcher” qui a fait trembler plus d’un mollet depuis son ouverture en 1984. Malheureusement pour nous cette voie est victime de son succès et nous arrivons derrière deux cordées qui ne semblent pas décidées à sprinter, on décide donc de changer d’objectif et de s’attaquer à la voisine Bobokassa.

09082019-IMG_6981
Grimpeur dans L1 de Majorette

Une première longueur en 6c+/7a nous met bien dans le bain, c’est très technique et il faut grimper entre les scellements avec des pieds pas toujours confortables : merci Tom d’être passé en tête ! La seconde longueur en 6a+ est très belle mais ce n’est pas ma journée : les mains sont juste trop grosses pour faire des coincements, je m’énerve, et je grimpe comme une chèvre ! Ca fait réviser l’artif…
Dans la troisième longueur on confirme notre manque d’oxygène du jour, Tom redescend sur un câblé après une erreur d’interprétation du topo alors qu’il était sur le bon chemin et proche du relais !

09082019-IMG_6997
Tom dans L1 de Bobokassa

Le retour au soleil fait du bien au moral, et on profite du temps qu’il nous reste pour grimper quelques longueurs. Direction “Tsarmania I”, une voie Piola de 2017 en 6a/+ tout le long. On parcours les quatre première longueurs sans pression avant de rejoindre la benne, ce n’est plus du tout le même combat que dans Bobokassa.

On est de retour une semaine plus tard avec Tom, cette fois accompagnés de JB (encore un copain du CRET) : ça fait moins de combats à se mettre en tête, et surtout beaucoup plus d’ambiance aux relais. C’est “Shah Perché” qui va occuper notre journée, une voie située à droite de Nabot-Léon et soutenue dans le 6c.
La température est nettement plus basse, et la première longueur en 6c à l’ombre fera des dégâts aux doigts et aux cerveaux ! Pas facile de grimper avec l’onglée une fissure exigeante, on fera tous un point d’aide au premier rétablissement qui n’a l’air de rien mais qui est bien malcommode.

La seconde longueur est pour moi, une fissure pas toujours simple à protéger dans une dalle, puis un toit impressionnant parcouru d’une fine fissure qui avale les friends : que du bonheur (et quelques râles). La suite est plus compacte avec des passages de dalle très fins et quelques sections très engagées voir carrément expo dans L4. Bravo à Tom pour l’enchainement des deux 6c !
On s’arrête sous la dernière longueur pour être à l’heure au barbecue, on avait beaucoup de choses à fêter…

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.