Escalade au Col de la Colombière : la mobilité douce fait les cuisses dures !

Aller faire de l’escalade au Col de la Colombière à vélo depuis Passy, voilà bien une idée qui ne m’aurait jamais traversé l’esprit il y a peu encore ! Mais le confinement (besoin de se défouler et de se sentir libre) et surtout notre superbe voyage à vélo dans les Balkans avec Cricri m’ont donné l’envie de pédaler plus souvent… Pour ce qui est de la fameuse « mobilité douce » par contre je continue à être sceptique : c’est un mode de transport bien dur pour les cuisses !!

22052020-IMG_0810
Belle dalle cannelée dans « Madame Mummery »

Après quelques journées bien occupées du coté du Chablais, j’avais prévu de passer du temps au potager et dans la chaise longue, pas en plein cagnard sur une selle. Pourtant après avoir mis mes affaires d’escalade et mon duvet dans la voiture de Cricri, me voilà sur le vélo à 11h30, horaire parfaitement optimisé pour un trajet de 40 km et 1200m de déniv au soleil !
Entre Passy et Cluses, pas de soucis : j’alterne pistes cyclables et petits chemins de terre sous une brise rafraichissante. L’occasion de découvrir la cascade de l’Arpenaz autrement que depuis l’autoroute, et d’autres surprises cachées à l’automobiliste pressé que je suis d’habitude.
A parti de Cluses, il reste 17 km et presque tout le dénivelé. Au soleil et avec la brise qui disparait, c’est une autre histoire. Heureusement la route est belle, assez tranquille, et j’ai de l’eau et du saucisson dans la sacoche !

23052020-IMG_0823
La dernière ligne droite à 10%, horrible !

J’arrive au Col de la Colombière passablement épuisé par 3h20 d’efforts, et particulièrement par les trois derniers kilomètres à 10/11 % de moyenne : dire que c’était devenu « la routine » dans les montagnes d’Albanie, le confinement est passé par là !
Après avoir posé la sacoche dans le coffre de la voiture de Cricri, et récupéré de l’eau fraiche et les affaires de grimpe, il ne reste plus qu’à rejoindre les copains qui grimpent sur les belles dalles cannelées à 20mn au dessus du col. Séance courte mais quel plaisir de grimper après tout ce « périple » ! Il va falloir attendre un peu par contre avant de faire de la grande voie à la journée avec le matos d’escalade dans les sacoches…

On passe une belle soirée un peu sous le col, les lieux retrouvent leur calme après le départ des derniers motards qui ont  » kidnappé le silence » toute la journée. Le lendemain les copains vont grimper à la Pointe du Midi et nous nous dirigeons avec Cricri vers les dalles du Jallouvre pour grimper chez Madame Mummery.
Escalade agréable sur un rocher toujours excellent (sauf L1, un peu « sale »), c’est une voie parfaite pour une journée détente. Pas de vide, équipement confortable, approche minimale…
On sera deux cordées dans la voie, un guide de Chamonix et sa cliente qui sont arrivés quelques secondes avant nous au départ nous laissent gentiment passer pour ne pas se « mettre la pression », expérience très agréable 🙂
La voie étant assez courte, on profite de l’aprem pour faire un tour au Grand Bornand et manger pâtisseries et glaces : un vrai parfum de vacances malgré les contraintes sanitaires !

Après une autre belle soirée, je rentre peinard le samedi matin avant l’arrivée des averses orageuses, pendant que les copains profitent d’une belle escalade à la Culaz. Pas de regrets : de retour à la maison j’ai juste le temps de cueillir les fraises et de désherber les haricots avant la grosse douche…
Cette petite escapade à vélo était vraiment chouette, mais il va falloir s’entrainer encore un peu avant de faire la même chose chargé des affaires de grimpe et de bivouac ! Et peut-être aussi éviter de partir à n’importe quelle heure 😉

23052020-IMG_0829
Dernier coup d’œil sur la Colombière

Vous souhaitez réaliser cette course avec un guide ? N’hésitez pas à me contacter (à partir du 8 Aout).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.